E. Renouvelables

Le Maroc accueille la 2e édition du sommet international des villes intelligentes en Afrique du Nord

villes-intelligentes

Après une première édition réussie en 2014, le Maroc s’apprête à accueillir la deuxième édition du sommet international des villes intelligentes en Afrique du Nord. Cet événement de grande envergure aura lieu les 6 et 7 octobre à Skhirat, comme a annoncé Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat et de la politique de la ville, hier à Rabat, lors d’une conférence de presse consacrée à l’annonce de cette manifestation.

Compte tenu de son importance, la deuxième édition du sommet international des villes intelligentes en Afrique du Nord sera placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté
le Roi Mohammed VI. Son organisation sera assurée par le ministère de l’Habitat et de la politique de la ville en collaboration avec l’association Villes intelligentes pour l’Afrique du Nord. Pour cette année, les organisateurs ont choisi de placer le sommet sous le thème «gouvernance, innovation numérique et société : quels défis pour une transition durable». Une thématique d’actualité qui reflète les défis auxquels devraient faire face nos villes durant les années à venir. Aujourd’hui, la gouvernance est devenue un enjeu essentiel pour assurer le développement durable des villes.

Dans cette lignée, Nabil Benabdellah a rappelé l’importance des nouvelles technologies d’information et de communication dans la gestion et l’amélioration des espaces urbains. De son avis, le recours aux nouvelles technologies dans la gestion urbaine n’est plus à démonter. Elles constituent la solution idoine pour assurer une transition rapide des villes. Sans oublier leur impact sur l’amélioration des services aux citoyens, d’autant plus que les besoins de ces derniers ne cessent d’évoluer. En ce qui concerne le Maroc, le ministre a avancé que le pays n’est pas novice dans ce domaine. Des expériences ont été lancées pour faire entrer les villes dans l’ère du numérique. En témoignent les initiatives de la Holding Al Omrane qui veut inscrire certaines nouvelles villes (Tamansourt, Tamesna) dans cette tendance. Il y a aussi le partenariat entre Al Omrane et l’Agence de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique dans le bâtiment. Les politiques publiques accordent une plus grande attention au concept de ville intelligente. Aux yeux du ministre, le recours aux nouvelles technologies n’est pas un choix mais une nécessité. En effet, l’émergence d’un tel concept permettra au Maroc d’aller plus avant dans les réformes qu’il a lancées dans des domaines tels que l’urbanisation, les énergies renouvelables, la sécurité de l’eau, le développement agricole et les moyens de transport.

 

 

Source: lematin.ma

A Propos de l'auteur