E. Renouvelables

Assemblée générale de l’ONU: Le bilan en trois points du discours de Mohammed VI à New York

n-MOULAY-RACHID-large570

Rôle de l’Afrique, développement durable, intégrité territoriale… Voici ce qu’il fallait retenir du discours de Mohammed VI tenu par son frère le prince Moulay Rachid à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, le 29 septembre.

Mohammed VI l’Africain

Fidèle à sa vision stratégique de coopération sud-sud entamée depuis le début de son règne, le roi a débuté son discours en rappelant l’importance de prendre en compte « la réalité » des peuples africains et d’adopter une « analyse objective des contextes dans lesquels ils vivent ».

« Je connais très bien les situations difficiles en Afrique et je sais ce que je dis. (…) La réalité est infiniment plus cruelle et plus amère que ce qui est indiqué dans les rapports de certaines organisations internationales, gouvernementales et non gouvernementales », indique le roi, qui souligne au passage que le soutien international aux pays touchés par l’épidémie d’Ebola a été « insuffisant, voire en-deçà du niveau de mobilisation et d’engagement requis par cette situation grave ».

Mohammed VI, qui a effectué une longue tournée sur le continent africain en mai dernier, a également profité de cette tribune pour lancer un appel à l’ONU et aux institutions financières régionales et internationales pour qu’elles élaborent « un plan d’action pour la transformation économique en Afrique ».

« La réalisation du développement ne se fait pas par des décisions bureaucratiques, ou par le biais de rapports techniques fin prêts et manquant de crédibilité », estime-t-il, attendant de ces institutions qu’elles fournissent « des ressources pérennes » pour le financement de l’Afrique, sans quoi « le continent connaîtra des écarts criants et graves entre ses pays ».

Le Maroc vert

Deuxième point fort du discours: l’engagement du Maroc en matière de développement durable et de lutte contre le changement climatique. « Depuis notre participation au Sommet de Rio en 1992, le Maroc s’est attelé à mettre au point une politique nationale en matière d’environnement, fondée sur la mobilisation de tous les acteurs concernés et la bonne gestion des ressources financières dédiées au climat », explique-t-il.

Alors que le pays accueillera, en 2016, la « grand-messe » sur le climat (la COP22), le roi a tenu à évoquer les premiers pas faits par le royaume en la matière, comme l’adoption de la Charte nationale de l’Environnement, le lancement du Plan Maroc Vert, ou encore le programme des énergies renouvelables, solaire et éolienne, qui vise à couvrir 42% des besoins énergétiques du Maroc à l’horizon 2020.

Dernière initiative en date: « l’Appel de Tanger », lancé par le roi et le président français François Hollande le 20 septembre, alors que la France doit accueillir dans quelques semaines la 21e conférence sur le climat, et à laquelle le Maroc fera figure de « leader » pour mener les négociations au niveau africain.

« Le Maroc ne ménagera aucun effort pour faire entendre la voix et les préoccupations du continent africain et celles des petits pays insulaires en voie de développement, qui sont les plus vulnérables aux changements climatiques », estime Mohammed VI.

Sous tension

Dernier point du discours, une piqûre de rappel sur les « différends régionaux », et notamment sur le Sahara, sujet pour lequel le Maroc indique qu’il refusera « toute aventure irresponsable » concernant cette question.

« Plusieurs puissances internationales ont pleinement conscience que les conceptions éloignées de la réalité qui sont élaborées dans les bureaux, et les propositions fallacieuses ne peuvent que mettre en péril la situation dans la région », conclut-il, appelant l’ONU « à respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale des Etats ».

En filigrane de cette déclaration, la proposition de loi déposée début septembre par des députés du parti suédois social-démocrate des travailleurs afin de reconnaître la République arabe sahraouie démocratique (RASD), à l’origine d’un imbroglio diplomatique entre le Maroc et la Suède.

 

 

Source: www.huffpostmaghreb.com

A Propos de l'auteur