E. Renouvelables

Maroc : l’Europe accorde à Masen un don de 43 millions d’euros pour le projet solaire Noor III

000282413_5

A l’occasion du passage au Maroc du Commissaire européen à l’énergie Miguel Aria Canete, celui-ci a signé un protocole de financement  de l’Union Européenne envers  l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN). Un don de 43 millions d’euros destiné à contribuer au financement les centrales solaires thermiques Noor III près de Ouarzazate. Le voyage du commissaire était par ailleurs centré sur les questions d’intégration régionale et de climat.

Sur la base d’une convention de don, le gouvernement marocain devrait recevoir de l’Union européenne (UE)  43 millions d’euros, soit environ 465 millions de dirhams. Ce fait a été confirmé à l’occasion d’une visite au Maroc les 6 et 7 mai du Commissaire européen à l’énergie Miguel Arias Canete, Il a fait l’objet le 7 mai de la signature d’un accord entre le commissaire européen et Mustapha Bakkoury directeur de Masen, l’agence solaire marocaine.

Ce don s’inscrivant dans le cadre de la Facilité d’investissement pour le voisinage (FIV) contribuera au financement de la troisième tranche du complexe solaire de Ouarzazate Noor. La construction et l’exploitation de cette centrale dite Noor III a été confiée en janvier à un consortium mené par le saoudien Acwa Power et l’espagnol Sener. Une décision faisant suite à un appel d’offres international où s’étaient qualifiés les français Edf, Gdf-Suez ou encore l’espagnol Abengoa.

Ce projet constitue une « diversification technologique » comparé aux projets précédent (CSP à concentration) avec une sous-technologie thermo-solaire CSP Tour, qui aura une puissance de 150 MW et une capacité de stockage de 7 à 8 heures, indiquait Masen en début d’année. Le prix du kilowattheure en heure de pointe évalué s’établissant à 1,42 dirham (13 centimes d’euros), de même source Masen. Pour mémoire, une autre centrale d’énergie solaire photovoltaïque cette fois de 50 MW est prévue pour être installé à Ouarzazate d’ici à trois ans, avec l’objectif d’atteindre une capacité globale du site de 560 MW d’ici 2016.

Tous ces projets qui cumulent plus d’un milliard d’euros d’investissement ont bénéficié de très importants financements internationaux de nombreux bailleurs de fonds (Afd, Kfw, BAD, Banque mondiale…) dont l’Union européenne via des dons et surtout des prêts de la Banque européenne d’investissement (BEI).

A l’occasion de son passage au Maroc Miguel Arias Canete a signé avec la ministre de l’Environnement Hakima El Haite, une tribune dans le quotidien « L’Economiste ». Selon ce texte : « les membres de l’Union pour la Méditerranée, qui réunit 43 pays partenaires en plus de la Commission européenne, se sont engagés pour atteindre un accord ambitieux et contraignant à Paris. Cette semaine, nous franchissons un nouveau pas vers cet objectif à travers la réunion de Skhirat qui rassemblera de hauts représentants provenant de l’ensemble de la région afin de faire avancer les discussions et la coopération et se préparer à la conférence de décembre et aux étapes qui vont suivre« .

Lors de son passage au Maroc qui suivait une visite en Algérie, pays qu’il a qualifié de « partenaire fiable » de l’Union en matière d’énergie, Miguel Arias Canete a rencontré Abdelkader Amara, ministre marocain de l’Energie. A cette occasion a été évoqué le lancement prochain de trois « plateformes euro-méditerranéennes » pour inciter au dialogue sur l’énergie

Les plateformes concernées couvrent les domaines du gaz, de l’électricité, des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Elles doivent favoriser l’intégration du marché, le développement de nouvelles technologies d’énergie durable et l’élimination des obstacles à l’investissement dans la région. Ce qui reste dans sa dimension trans-maghrebine pour l’instant un voeux pieux au vu des tensions politiques entre le Maroc et l’Algérie.

La plateforme centrée sur le gaz sera lancée le 11 juin à Tunis, celle sur sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique au Caire le 14 septembre. La troisième vouée au marché régional de l’électricité sera lancée au Maroc a une date encore indéterminée.

Miguel Arias Canete a terminé sa visite au Maroc par un participation le 7 mai à Shikrat près de Rabat à un réunion informelle de haut niveau de l’Union pour la Méditerranée (UPM) consacrée notamment à préparer la conférence internationale de Paris en décembre (COP 21) sur le changement climatique.

 

 

Source: www.usinenouvelle.com

A Propos de l'auteur