E. Classiques, E. Renouvelables, International

Total envisage d’investir dans les énergies renouvelables à long terme

View of Total headquarters outside Paris, Wednesday March 11, 2009. French oil giant Total SA said Tuesday March 11, 2009 it plans to cut 555 jobs from its refining and petrochemical operations in France over the next three years as it adapts production to falling oil consumption. Some unions have criticized the job losses because they come at the same time as Total has reported record profits. (AP Photo/Jacques Brinon)/FRANCE_TOTAL_JOBS_XPAR102/0903111420

Alors que la COP21, qui devra permettre d’opérer une transition vers une économie bas carbone, débute dans moins de cinq mois, le groupe pétrolier Total a indiqué – par la voix de son directeur général – vouloir diversifier ses activités et développer ses investissements dans le secteur des énergies renouvelables.

C’est à l’occasion d’une audition à l’Assemblée nationale, mercredi 8 juillet, que le directeur général de Total Patrick Pouyanné a évoqué, sans entrer dans les détails, l’un des principaux axes de développement du groupe : « Je pense que le renouvelable, à l’horizon de 15 ans, fera au moins 10 à 15% du portefeuille de Total ».

A ce jour, le groupe pétrolier est particulièrement présent dans le secteur de l’énergie solaire, avec sa prise de participation – à hauteur de 60% – dans le capital de la société américaine Sunpower. Le photovoltaïque représente aujourd’hui 3% des capitaux de Total, soit 2,7 milliards d’euros, ce qui en fait déjà l’un des leaders mondiaux en la matière.

Si la volonté de se positionner en bon élève ne fait aucun doute, Total vise également des retombées économiques, à l’aune notamment d’une chute des cours du pétrole – son principal fonds de commerce.

Outre l’énergie solaire, Total souhaite développer la valorisation de la biomasse et investir dans les biocarburants. Pour rappel, le groupe avait annoncé à la mi-avril la fermeture de son activité de raffinage de pétrole brut à La Mède, non loin de Marseille, et l’ouverture de la toute première bio-raffinerie française ainsi que d’une centrale photovoltaïque (8 MW). Montant total des investissements : plus de 200 millions d’euros.

 

Source: lenergiedavancer.com

A Propos de l'auteur