E. Classiques, E. Renouvelables, Eff. Energétique, Europe

Union Européenne : une « Feuille de route » pour l’énergie à l’horizon 2050

UE Drapeau

La Commission européenne a adopté, le 15 décembre 2011, sa « Feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050 ». Ce projet s’inscrit dans le prolongement de la Feuille de route «  Vers une économie compétitive à faible intensité de carbone », adoptée le 8 mars dernier par la Commission et qui présentait un certain nombre d’actions possibles pour obtenir une réduction de 80 à 95 % des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050.

La Feuille de route sur l’énergie présente un ensemble de pistes pour le secteur spécifique de l’énergie.

Retour sur les quatre principaux axes :

  1. Les enjeux
  2. Les 5 scénarios de la feuille de route européenne « Énergie 2050″
  3. Les premières conclusions et tendances à long terme
  4. Les prochaines étapes

1. Les enjeux

La « Feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050 » répond à un triple enjeu.

  • Atteindre un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 80-95 % d’ici 2050
    La Feuille de route vise à répondre aux demandes du Conseil européen d’octobre 2009, qui souhaite atteindre en 2050 à une réduction de 80-95 % des émissions de gaz à effet de serre générées par l’Union Européenne par rapport aux niveaux atteints en 1990. Pour y parvenir, cette feuille de route vise à pallier les lacunes du cadre réglementaire actuel, qui ne devrait permettre d’atteindre que la moitié de cet objectif de décarbonisation à l’horizon 2050.
  • Donner des certitudes aux investisseurs via le développement d’une stratégie post-2020
    La Feuille de route vise à dépasser l’horizon 2020 afin de définir des orientations politiques et des changements structurels sur le long terme. L’enjeu : assurer aux investisseurs une sécurité de planification et définir les bases d’une approche européenne neutre sur le plan technologique.
  • Explorer plusieurs scénarios permettant la décarbonisation du système énergétique
    La Feuille de route « Énergie » analyse plusieurs scénarios, notamment l’impact, les défis et les opportunités de plusieurs options de modernisation du système énergétique européen. Ces projections combinent les quatre grands vecteurs de la décarbonisation, en leur donnant un poids plus ou moins important :
    1. l’efficacité énergétique,
    2. les énergies renouvelables,
    3. l’énergie nucléaire,
    4. le captage et le stockage du carbone (CSC).

2. Les 5 scénarios de la feuille de route européenne « Énergie 2050″

 Les scénarios explorés par la « Feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050 » sont illustratifs. En effet, aucune option ne se réalisera de manière intégrale mais les politiques européennes sont également susceptibles d’être modifiées dans les prochaines années. Toutefois, cet exercice permet de fixer les bases des futurs objectifs européens sur l’énergie. Tour d’horizon des 5 scénarios envisagés.

  • Un scénario fondé sur une forte efficacité énergétique
    L’efficacité énergétique est ici soutenue par des mesures politiques fortes, permettant une réduction de la demande énergétique de 41 % en 2050 par rapport à 2005 : exigences plus élevées pour les équipements et les nouveaux bâtiments, taux élevé de rénovation des bâtiments existants, obligations d’efficacité énergétique pour les fournisseurs d’énergie.

  • Un scénario basé sur des technologies d’approvisionnement diversifiées
    Aucune technologie n’est privilégiée : toutes les sources d’énergie sont en concurrence sur le marché et aucune ne fait l’objet de mesures de soutien spécifiques. La décarbonisation du système énergétique est déterminée par le prix du carbone et l’acceptation du CSC et du nucléaire.
  • Un scénario basé sur un fort soutien aux énergies renouvelables
    Des mesures de soutien important sont adoptées, conduisant en 2050 à une part de 75 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie brute et de 97 % dans la consommation d’électricité.

  • Un scénario reposant sur des retards dans le déploiement de la technologie CSC
    Ce quatrième scénario, similaire au second, intègre toutefois des retards dans le déploiement de la technologie du CSC (capture et séquestration du CO2) et conduit à une part plus importante d’énergie nucléaire.

  • Un scénario s’appuyant sur une énergie nucléaire faible
    Similaire au second scénario, celui-ci tient compte d’un déploiement plus important de la technologie CSC, lié à l’absence de construction de nouvelles capacités nucléaires sur la période concernée.

3. Les premières conclusions et tendances à long terme

Sur la base des cinq projections développées, la Feuille de route dégage des tendances à long terme qui soutiendront la stratégie européenne de décarbonisation à l’horizon 2050 (Feuille de route « Bas carbone »).

  • La décarbonisation est possible et sera moins coûteuse, à long terme, que la poursuite des politiques actuelles : quel que soit le scénario retenu, chacun d’entre eux comporte des retombées positives qui permettent de réduire significativement les émissions, tout en étant viables du point de vue économique. Tout retard dans les investissements ou report dans les décisions politiques pourraient cependant s’avérer coûteux.

  • L’efficacité énergétique doit être la priorité : les économies d’énergie seront possibles à travers le renforcement des normes et des standards pour les bâtiments, les produits et les équipements, mais également à travers l’évolution des comportements.
  • Les énergies renouvelables, première source d’approvisionnement en 2050 : les énergies renouvelables devront être déployées à grande échelle, leur coût réduit, leur performance et leur intégration améliorées et les technologies de stockage perfectionnées. (cf. rapport AIE)

  • L’électricité jouera un rôle plus important qu’aujourd’hui et contribuera largement à la décarbonisation du transport et du chauffage/refroidissement. Le gaz jouera un rôle crucial dans la transformation du système énergétique, tandis que l’énergie nucléaire restera un contributeur important en permettant une réduction des coûts du système et des prix de l’électricité.
  • Le consommateur et les acteurs sociaux doivent être associés à ces évolutions en raison de leur impact attendu sur la structure du marché de l’emploi, le prix de l’énergie, les infrastructures énergétiques et l’évolution des comportements.

4. Les prochaines étapes

La Feuille de route « Énergie 2050 » de l’Union Européenne servira à la Commission européenne de base de discussion avec les autres institutions, les Etats membres et les parties prenantes pour la mise en place d’un système énergétique « bas carbone ». Elle fera l’objet d’une mise à jour régulière tenant compte des progrès réalisés et de l’évolution du contexte.

L’objectif de la Commission européenne : arriver à la définition d’un cadre contraignant d’ici 2013-2014 afin d’assurer une sécurité de planification aux investisseurs et de permettre d’atteindre les objectifs fixés par l’Union Européenne.

Source : observatoire-energies-entreprises.fr

A Propos de l'auteur