E. Renouvelables

Energies renouvelables Enel Green Power s’implante au Maroc

L’heure est au positionnement pour Enel Green Power (EGP). Le groupe italien spécialisé dans les énergies nouvelles (solaire, éolien et hydraulique) vient de dévoiler ses ambitions pour le marché marocain. Le management de la firme vient d’annoncer que le Royaume figure dans les priorités stratégiques de son plan de développement sur la période 2015-2020. Dans son collimateur, à court terme, figure d’abord le programme des 850 MW développé par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), dont la procédure d’appel d’offres devrait être finalisée dans les prochaines semaines. Sur ce programme, le groupe italien est en lice dans le cadre d’un consortium mené par Nareva, la filiale SNI, et composé de Taqa et de l’allemand Siemens. Le projet porte sur un investissement global de 1 milliard d’euros et constitue une composante essentielle du programme éolien national de 2.000 MW en 2020. Le solaire figure aussi dans les perspectives de croissance du groupe italien au Maroc. L’objectif est, là aussi, de se greffer au développement des projets du Plan solaire menés par Masen. Pour concrétiser son positionnement sur le marché local, EGP n’a pas hésité à s’offrir un pied à terre en ouvrant, en mai dernier, un  bureau de représentation à Casablanca pour superviser ses activités locales. «Nous nous sommes déjà établis sur le marché, avec un siège social. Nous visons maintenant à nous développer en installant des mégawatts et en contribuant à la réalisation des objectifs énergétiques du pays», projette Francesco Venturini, administrateur délégué d’Enel Green Power.
Le management mise sur les conditions macroéconomiques locales favorables, la demande croissante de l’électricité, ainsi que le cadre juridique réglementaire récemment modifié pour favoriser les investissements privés et les contrats PPP. Le groupe compte aussi appuyer son développement sur le rapprochement économique entre le Royaume et l’Italie. Le top management d’EGP s’est invité à une réunion de haut niveau, tenue en fin de semaine dernière, entre le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, et Federica Guidi, la ministre italienne du Développement économique. Celle-ci était, rappelons-le, en visite de travail à Rabat. Enel n’est pas un nouvel entrant dans le secteur des énergies nouvelles. Le groupe totalise une capacité de production d’environ 32 milliards de k
Wh en 2014, provenant des filières éolienne, hydroélectrique, géothermique et solaire. L’entreprise a également, à son actif, une capacité installée de 9.900 MW à partir d’un mix de sources renouvelables. Son dispositif industriel n’a rien à envier aux autres majors des énergies nouvelles, avec 740 usines opérationnelles dans plus d’une quinzaine de pays dans le monde.

 
Source: www.leconomiste.com

A Propos de l'auteur